Rapprochement des retraites du publique du privé ? Mensonge et discorde. 2013

Publié le par tair marc

En effet, il faudra encore revoir les retraites. En rendant fautif et responsable les retraités et futurs retraités sans toucher aux entreprises.

Avant toutes choses il faut remettre le contexte actuel en mémoire.

N'oublions pas que les grandes entreprises refusent à ce jour d'investir en France pour garder les emplois ou en créer, tout en robotisant une partie de leur industrie. 

Les efforts sont fait surtout par les artisans, les très petites entreprises et les Pme. Seuls à ce jour à essayer de garder un peu d'emploi et vouloir tenter d'embaucher en France, mais le différentiel entre ceux-ci avec en face les Pme qui ont une mauvaise santé financière qui débauchent et les Grandes entreprises qui licencient à tour de bras sans vergogne, nous avons un déficit réel d'emploi.

Donc moins de cotisants ce qui implique un déficit pour nos retraites. Même si les grandes entreprises continuent à faire des bénéfices énormes.

A ce jour, le jeu du gouvernement est d'éviter les accords entrent syndicats du publique et du privé, en créant un "gueguerre" publique-privé, ceci en véhiculant des infos parfois erronées ou surtout partielles.

En effet, les agents du publique ne seraient pas contre une convergence sur la période de référence pour le calcul de pension en passant de 6 mois à 25 ans, mais à condition de mettre tout le mode de calcul identique, car dans le privé les primes sont inclus dans ce calcul mais pas dans le publique, ce qui fait une perte énorme pour eux, c'est pour cela que la compensation partielle était d'instaurer part un calcul sur les 6 derniers mois. Il est certain que dans cette affaire la pension de retraite des agents sera améliorée.

Aussi lorsqu'on indique que la moyenne des pensions des ex-fonctionnaires est de 1700€, mais ceci est en mettant dans le calcul toutes les catégories : A+, A, B, et C. A savoir que les A et A+ sont des cadres. Dans le privé les cadres ne sont pas ce calcul de la moyenne. Il faudra là aussi avoir une convergence du mode de calcul des moyennes de pensions en y incluant les cadres du privé, cela remettra la moyenne à la faveur du privé en l'augmentant.

Le but, est de mettre tous ce beau monde les uns contre les autres, pour augmenter en finalité la durée de cotisation qui à terme baissera la pension de chacun. 

Le bénéfice sera pour les grandes entreprises et le Medef à qui on fait ce cadeau. Cet alignement publique /privé sera vers le bas. 

D'autant plus, je remarque qui n'y aura pas de relèvement des pensions les plus basses, qui devrait aussi être une priorité à mon avis, quand on sait qu'avec 1100€ (le Smic) il n'est pas possible de vivre convenablement dans une grande ville, alors comment peuvent vivres ceux qui ont travaillé toute une vie et qui n'ont en pension que 800€? Une réforme inhumaine qui laisse les pauvres encore plus pauvres car il leur sera sûrement proposé de converger leur csg au niveau actifs.

Serait il possible de proposer une taxe sur les capitaux et sur les bénéfices de toutes les grandes entreprises qui commercent en France, qu'il aient leur siège ou non en France.  Je pense que oui mais il faut le courage de le faire. Et ainsi esperer pouvoir baisser un peu les charges de ceux qui contribuent beaucoup à notre société (Pme, Artisans, Tpe ...) en baissant leurs charges. 

Les pauvres seront encore plus pauvre à la retraite, c'est ce qui en restera de cette reforme.

TAIR Marc

 

Publié dans économie

Commenter cet article