Les Médicaments génériques, ils ne sont pas identiques !! L'Académie de médecine est critique. (suite)

Publié le par tair marc

Lorsque j'avais écris mon précédent texte j'ai reçu quelques critiques sur ce sujet qui dérange, c'est pour cela que je reviens en complétant mes affirmations avec des arguments d'importance.

Mes lignes apportent des précisions et des sources médicales d'experts Français.

En effet, c'est l'Académie de médecine elle même qui a émis un rapport critique sur le sujet, une source qui doit permettre à certains de s'interroger sur ce que la sécurité sociale veut nous imposer.

Le Dr Blain, a été parmi les premiers a s'interroger sur les génériques, suite à une hémorragie grave de l'estomac d'une de ses patientes.

Nombre de médecins refusent de les prescrire en émettant un doute sur les copies de médicaments.

Le princeps doit démontrer sa bioéquivalence par rapport au médicament de référence que 12 à 36 volontaires sains seulement. Une bioéquivalence de plus ou moins 20 % est acceptable pour l'AMM, et les études d'efficacité et toxicité ne sont pas imposées car le princeps a déjà subi ces tests. 

Biensur, le principe actif est généralement identique à l'original, mais les additifs (excipients) restent souvent différents. La loi n'exigeant juste que la copie soit "de la même forme pharmaceutique" que l'original. 

L'excipent biensur joue un rôle important dans la composition, comme on peut l'observer sur les effets secondaires très fréquents avec les génériques.

D'après l'assurance-maladie et l'association Gemme : le médicament est identique.

Le Dr Bourkis, soulève le problème des allergies  liés aux excipients et aussi aux effets secondaires (nausée et vomissement). 

Le désire d'économiser de la sécurité sociale ne doit pas suffire pour imposer les génériques, la conformité doit aussi être exigé. (1.3 Milliards d'économiser en 2010)

L'Arme pour la Cpam pour imposer sa politique? Elle commissionne les pharmaciens sur une prime annuelle et une marge plus importante sur les génériques. Et la pénalisation du patient en lui refusant l'avance de frais en pharmacie.

Aussi, l'association Épilepsie France recommande la prudence, suite à des crises d'épilepsie réapparues lors du passage au génériques. 

Il est temps d'exiger la conformité totale du médicament générique. Ainsi il ne sera pas difficile de l'imposer. La sécurité médicale est un but.

TAIR Marc

 

Publié dans société

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article