Le système de santé Français, ...est ce la fin?

Publié le par tair marc

carte-vitale

Depuis plus de 20 ans de grosses coupes sur les droits des usagés de l'assurance maladie ce font sentir, ce qui au bout du compte privatise ce qui était un système public et efficace.

Nos aïeux qui ont cotisés parfois très jeune à ce système, ce retrouvent aujourd'hui à un âge avancé et ont besoin biensur de ce soigner.

Ceux-ci méritent d'être soigné sans qu'on leur fassent croire qu'ils coûtent cher à la société, le respect dû à leur age est de rigueur, et dû aussi au travail accomplit tout une vie.

La Cpam est utile à tous : jeunes et moins jeunes, une société basée sur l'hygiène, la santé, le handicap, est une société qui va de l'avant, cela coûte plus cher de ne pas s'y intéresser, car nombreux sont ceux qui ne ce soignent plus ni ne ce font suivre, ce qui implique que des cas grave de santé sont pris en charge par la suite car cela n'a été pris en charge en temps et en heure par manque de moyens.

Des économies de bout de ficelle qui 10 ou 20 ans plus tard sont une charge d'importance pour la Cpam.

Biensur, il certain qu'il y a des abus, il existe des personnes qui ne respectent pas les règles (des contrôles mieux ciblés devraient être élaborés) il n'est pas concevable de voir des personnes dans le besoin devoir ce priver, et voir leur santé s'aggraver pour faire des économies.

Lorsque qu'un malade en a besoin, il n'est pas une charge pour la société: c'est un droit !! Ils n'ont pas payer pour les coupables d'abus.

Pour être remboursé convenablement il est maintenant dans les moeurs qu'il faut une mutuelle, lorsqu'à une époque pas si lointaine, l'usage de ces organismes était un vrai plus sans pour autant être important.

Les prix de certains médicaments on fortement évolués, certains médecins refusent d'ausculter sans faire payer (ce qui est une obligation) ce qui a amené à créer la Cmu.

Pour être remboursé raisonnablement la mutuelle est devenu obligatoire, mais le prix de celle-ci augmente sans cesse, la logique de profit (des firmes médicales, des hôpitaux et cliniques, des médecins avec les dépassements, des mutuelles...) y est aussi pour quelque chose, cet ensemble de facteurs amène à des prix inabordable pour beaucoup.

Cette privatisation amène et nous amènera encore à une monté des prix qui laissera des usagés sur le carreau.

Peut on appeler cela : discrimination (par le prix)? La santé n'est il plus un droit mais un bien de consommation?

Des crédits pour ce soigner ou ce faire opérer ne sont pas rare. L'aire du partage n'est plus de mise.

TAIR Marc 

Publié dans société

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article