Le Mépris des Politiques

Publié le par tair

police.jpg

Le Mépris des Politiques envèrs les Emploi-jeunes de la Police

 

1/ La création d'un statut mal ficelé :

Rappelons nous qu'un gouvernement Socialiste de Lionel JOSPIN le 16 octobre 1997 a voulu créer des emploi-jeunes dans les administrations d'Etat (tel : Police, Office National des Forêts, Hôpital, Ratp, etc...), mais les premiers créer étaient dans la Police début décembre pour les anciens Policiers-Auxiliaires, puis réservé aux jeunes de  moins de 26 ans dès 1998.

Une erreur monumentale étant donné que ce statut mal ficelé a du être remanié plusieurs fois car mal adapté à un métier exigeant et aux contraintes particulières. Il a donc fallut rallonger le temps de formation initiale qui était vraiment trop court.

Il faut ce souvenir que le but politique des socialistes était de baisser le chômage et de faire entrer la diversité de notre pays dans nos administrations.

2/ Un métier risqué pour un salaire minime :

Au début ceux-ci étaient au Smic sans prime, mais cela a quand même évolué pour être légèrement au déçu.

3/ Un contrat limité :

Le contrat étant limité à 5 ans, et impossibilité d'avoir un concours à l'interne lors des premières années, ce qui est un manque de respect pour ceux qui étaient exemplaires par leur comportement et leur professionnalisme à cette époque.

Nous entendons souvent que de nombreux emploi-jeunes appelez aussi adjoint de Sécurité (qui est leur grade), qu'ils n'étaient pas sérieux, et même dangereux parfois. C'est oublier ceux qui étaient exemplaires et parfois meilleurs que certains gardiens de la paix.

Nombreux ont du quitter la Police au bout des 5 ans, ce qui démontre peu de volonté pour vraiment garder nos jeunes issus de la diversité, et qui ont montrés et prouvés leur sérieux dans le travail.

4/ 2004 un décret pour les adjoint de sécurité :

Le Ministère de l'intérieur décide de modifier quelques règles pour faciliter le rachat des points retraite.

Un vrai hold up ! Car ceux-ci étant déjà dans ce Ministère et dans ce Corps de Police, il devraient avoir une reprise automatique des points retraite et des échelons.

Mais non, ils doivent racheter leurs années, avec un petit plus pour les adjoints encore sous contrat après 2004, en leur offrant la reprise de leurs années en échelons à auteur de 75 % après titularisations.

Un erreur créant une différence pour des situations identiques, et donc une inégalité.

5/ La retraite :

Comment peuvent ils accépter les nouvelles règles de départ à la retraite si déjà les dés sont pipés ?

Un vole sur leurs échelons qui crée un manque sur toute leur carrière et ensuite pour leur retraite une absence qui pourtant a été dèjà côtisé une première fois.

Certains perdent un à deux échelons malgré le rachat de leurs années, ce qui est absurde.

Comment peut on cotiser puis racheter (ce qui fait deux paiements) pour ce voir refuser l'équivalence en échelon?

6/ Les politiques et les syndicats :

Tous les Syndicats laissent faire, et refusent d'en débattre. Ils envoient parfoit quelques lettres pour montrer leur attachement aux adjoints.

Certains sénateurs et députés ont bien reçu des lettres depuis 3 ans, mais sans suite, peut être que ce sujet est sans valeur.

Déjà les primes ne sont pas dans le calcul de base de leur retraite, il faudrait donc faire un effort pour que toute leur carrière y soit.

Les sénateurs de gauche comme de droite ce désintéressent du cas de ces emploi-jeunes qui souvent étaient issus de notre diversité.

Il y a bien eu des questions ecrites par quelques députés au Ministre mais les réponses ne correspondent pas vraiment aux questions, le fait de répondre que sur le statut des adjoints de sécurité en contrat après 2004 n'est pas suffisant, cela démontre un mépris pour ceux d'avant 2004. Les députés ce sont contentés de cela !!

Ce mépris envèrs une portions de la populations est révélateur sur la pensée générale des populations diverses de notre France, nos élites oublies que la France est faites d'ouvriers, fonctionnaires, agriculteurs, pêcheurs... Français ou Etrangers, qui travails pour notre pays et attendent le respêct qui leur est dû.

Le Parti socialiste qui a crée ce statut, parle et défend à la télévision notre diversité mais ce ne sont que des mots. Ce sont des donneurs de leçons qui n'appliquent pas de leurs actes les mots qu'ils utilisent. 

Nos élites socialistes, umpistes, centristes onts oubliés le peuple.

TAIR Marc

Publié dans police

Commenter cet article

Monica entre terre et mer 27/09/2011 18:19



pour ce qui est des complémentaires  elles grimpent tellement que bientot  on ne pourra plus suivre


 biens sur   que les soins  seront à deux vitesses .


 bonne soirée



tair 27/09/2011 18:37



Merci pour ton commentaire, mais oui les complémentaires sont à deux vitesses, deplus dans les années 80 et avant les remboursements sécu étant de meilleurs niveaux il n'étaient pas utile d'avoir
une complémentaire pour tout. 


Le hold up des financiers encore : la privatisation partielle de la sécu a crée un marché des mutuelles très florissant. 


Bonne soirée