La voiture électrique en France, un véhicule d'avenir est ce un leurre ?

Publié le par tair marc

voiture-icone-electrique.png On nous en vante régulièrement toutes les qualités et les avantages tantôt écologiques, tantôt économiques, en bref, aucun défaut. 

La réalité est elle aussi vrai malgré les réelles qualités affichées ? Est on vraiment à l'aube d'un changement d'usage automobile ?

Il existe encore de nombreux freins à un avenir propre, des freins qui aujourd'hui personne ne s'interesse.

En effet, le 1er de ceux-ci est le prix qui est vraiment cher par rapport à un véhicule de même catégorie, même si le prix d'une recharge de batterie est vraiment faible, il faut avoir un compte bien garni pour ce permettre d'acheter ce véhicule.

Nous pouvons aussi ajouter le fait que le nombre de bornes en France qui restent relativements faibles.

Quel en est le prix de l'entretien d'un tel véhicule ou encore combien coûte la dépollution (batterie) et déconstruction de celui-ci lorsqu'il faudra s'en séparer après une longue vie sur la route.

Autre point qui freine son avenir est celui du manque de production electrique en France notamment en hiver, biensur, on peut difficilement croire qu'il sera aisé de recharger une flotte importante (en tout cas bien plus importante que celle existante aujourd'hui) lorsque la France subit déjà des coupures ou micro coupure électrique lors des periodes froides et doit importer du courant.

Nous vend on un leurre pour ce faire bonne conscience ? Pourquoi ne font ils pas en sorte de remettre en état le réseau du transport électrique, de moderniser les centrales et d'ajouter des capacités de production avant de proposer un véhicule qui ne pourras pas être un des modèles les plus visibles sur le parc national (vu les freins existants) dans les 10 prochaines années.  

Avant toute chose, il faudrait oublier les dogmes de propreter et d'anti-rejet de gaz des véhicules, du moins temporairement et prendre une position logique, un ordre de conception réaliste d'un projet qui ce veut d'avenir. 

Tout d'abord il faut ce donner les moyens de détenir les capacités de production electrique en ajoutant ou en completant les moyens déjà existant. Aussi, proposer les moyens (ce qui existe en option aux usa) de pouvoir recharger de façon individuelle à domicile, tout en rajoutant des bornes de recharge pour éviter de ce retrouver en panne electrique. 

Prévoir un plan Budgetaire viable et assez incitatif pour que les ventes décolent réellement en proposant des prix plus prochent de ceux des véhicules non electriques. 

Le véhicule electrique restera un leurre et un moyen de communication "vert" et "ecologique" tant que les décideurs ne ce lancent pas dans une réelle capacitée d'accueillir cette automobile sur le marché. 

TAIR Marc. 

Publié dans société

Commenter cet article

auto-ecole 23/08/2014 16:29

il a un bon avenir surtout dans les pays qui se soucie de l'environnement