Education Nationale une Institution malade ?

Publié le par tair marc

Avec 12 millions d'élèves (chiffres 2010 public et privé) c'est peu dire que chaque décision pèse lourd sur l'avenir de ces jeunes personnes, futurs travailleurs.

 

Nous constations de plus en plus de disparités selon les milieux, des qualités de cours différentes selon le statut des élèves (riches ou pauvres).

 

Dès la maternelle il est facile de constater une différence de moyens, par exemple sur deux villes distinctes de par leur population qui sont aussi dans les départements où les habitants de façon générale sont très différents : La Garenne-Colombes (92) et Bondy (93).

 

Les maternelles de la première sont en posséssions de jeux d"éveil neufs ou récents et où la pédagogie et l'éveil y sont importants.

 

Pour la seconde ville les jeux y sont d'un certain age et la "récup" pour créer des jeux y est une habitude, pédagogie bien présente est tout autre et les moyens très faibles. Ici c'est plus le fait d'occuper les enfants plutôt que de faire des exercices d'éveil qui est la base.

 

Pourtant les employées de ces maternelles sont à un niveau professionnel identique tout comme leur implicationdans leur travail.

 

Cette différence reste existante tout au long du cursus éducatif. Avec un détail d'importance qui s'ajoute à cela : ce sont principalement les jeunes professeurs qui sont envoyés dans les écoles des quartiers difficiles car les anciens professeurs pour la plupart refusent d'y exercer. Ce qui ce comprend mais jeune professeur n'a pas la pédagogie et l'expérience d'un ancien.

 

Les matériels pédagogiques y sont aussi différents. Nous ne pouvons parler d'une qualité identique d'éducation sur tout le térritoire.

 

Même dans les écoles dites favorisées nous pouvons constater une baisse de la qualité du Français ainsi que des connaissances en Histoire.

 

Manque t'il des heures de cours ou bien y at'il eu trop de réformes superposées qui complique la tache des professeurs ? Peut être y a t'il un peu des deux ? Peut être faudra il revoir la formation des jeunes professeurs et revoir le contenu des matières ?

 

Peut être devrions nous arreter de changer d'opinion, car quand les synduicats de professeurs et les associations de parents d'élèves ont incités à expérimenter la semaine 4 jours pour ensuite la généraliser pour les élèves de primaire , la décision était à l'époque évidente.

 

Mais à ce jour nombreux sont ceux qui veulent y revenir. Peut être ont ils raison mais alors pourquoi avoir demandé la suppréssion du samedi?

 

Nous entendons des études sur l'éducation en Allemagne avec les cours le matin et le sport l'après-midi, ce qui enlèverra autant d'heures de cours la journée. C'est sans compter que les cours de sports sont prise en charge en Allemagne et les élèves n'ont rien à payer, cela n'éxiste pas en France. Hormis les quelques heures de sports prises en charges par les écoles. Il faudra budgeter les heures supplémentaires pour payer les professeurs voir en embaucher. Il faudra décider qui en sera le débiteur : Education Nationale ou Mairies ?

 

Lancer des idées sans prendre en compte tous les détails est une erreur. D'autant que les budgets baissent il n'est pas sérieux d'en ajouter sans y réfléchir à l'opportunité. Déjà en 30 ans nous avons constaté la baisse du volume des jours des sorties pédagogiques et des classes de neiges ou autres classes vertes.

 

Peut on aussi réfléchir sur l'avenir de l'école en France, ses évolutions sans penser au problème de l'incompétence de certains professeurs ? Etre pédagogue n'est pas donné à tout le monde, même certains anciens professeurs n'en ont pas acquis les bases.

 

Si de nombreux parents quittent le public pour le privé ce n'est pas toujours par choix, mais parfois par obligation. Lorsque dans une école un professeur est mauvais il suffit à lui seul d'entacher l'image d'une école malgré que les autres professeurs soient de qualités.

 

Une refléxion pour un meilleurs accompagnement et pour accépter les critiques constructives (bonnes ou mauvaises) serait bénéfiques.

 

En fait une mise à plat totale de cette institution devrait voir le jour.  Une mission d'étude ou un audit aurait sont interêt. 

 

TAIR Marc

Publié dans société

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article