Crise du logement ?

Publié le par tair marc

immeuble-collectif-du-parc-evry.jpg

1/ Depuis 25 ans le logement est un sujet d'importance pour les Mairies et les Offices d'HLM :

Plus jeune lorsque je vivais en région parisienne j'entendais déjà qu'il fallait attendre 3 ou 5 ans pour me loger, seul le privé pouvait m'apporter une réponse, à un prix supérieur mais sans commune mesure avec ce que nous voyons aujourd'hui.

Après les années 90 et la crise de cette même période il y a eu un changement, étant donné qu'il n'y avait plus la mobilité entre logements dans une frange de la population représentative. Beaucoup ne déménageaient (plus malgré une famille plus grande) de peur de payer plus cher en changeant d'habitation.

Les salaires déjà n'évoluaient plus assez par rapport au coup de la vie. Ce qui implique déjà que cette frange populaire de notre population devenait de moins en moins propriétaire de leur habitation.

La population des ouvriers ou employés était déjà dans une situation de crise.

2/ Marchands de sommeil, logements insalubre :

Nombres de jeunes provinciaux arrivants sur Paris et nombres d'étudiants doivent ce loger, et ce manque de logements a permis un marché lucratif dans le secteur privé, les prix flambent, et des marchands de sommeil profitent de cette situation en offrant des studios sous les toits mal isolés et éxigues.

Des propriétaires sans gênes loues des sous sol mal aménagés et des habitations jamais entretenus et dangereux car pas aux normes.

3/ Combien manque t'il de logements ? :

Une guerre des chiffres sur le nombre de logements à construire par an pour résorber ce retard, mais c'est sans compter sur le nombre de logements du privé qu'il faudrait réhabiliter ou détruire et qui sont encore loué malgré les danger pour leurs occupants.

Nous entendons un manque de 900.000 logements et d'autres nous disent qu'il n'y a pas de pénurie : "qu'il existe des logements avec des pénuries localisés et une sur abondance dans d'autres secteurs, avec des prix non abordable pour une population populaire".

Ces débats sans fin, ces jeux de mots sont usant et ce n'est que du blah blah. Il existe un manque pour une population populaire et il faut y remédier.

La surabondance des logements est du fait que les constructeurs ce focalisent sur les Français moyens ayant un revenu très supérieur au smic, mais même ceux-ci qui dernièrement subissent la conjoncture cela est dificile. Il est à prévoir qu'ils vont ce focaliser sur de très haut revenus pour vendre des maisons et appartements de haut standing pour oublier les Français moyen.

Les points de calculs d'importance : d'une part la population augmente, notre démographie est positive, ensuite il faut indiquer que lorsqu'il y a divorce ce n'est plus un logement mais deux qu'il faut, aussi il faut ajouter que nombres de personnes quittent leur villes pour vivre et travailler dans les grandes villes (Paris, Lyon, Marseille...).

On constate en région Parisienne une production faible en construction de logements sociaux par rapport à d'autres région, certainement à cause d'un prix moyen très élevé du m2.

4/ Les logements sont il abordables ? :

Nombreux sont ceux qui malgré des revenus honorables 1500€ ne peuvent ce loger, au motifs que dans le privé les agences immobilières loue mais demandent garanties excessivement, et les prix des logements sociaux sont devenus un peu moins abordables sur la région Parisienne et la liste d'attente est de 10 ans minimum.

Les seuls logements abordables sont des logements très petits sous les toits ou insalubre. En effet louer un studio de qualité en région Parisienne à 500€, avec les assurances, la nourriture, le transport, edf, l'eau, et parfois le chauffage en plus, il est facile de ce retrouver à zéro ou presque en fin de mois.

5/ En conclusion :

Il faudrait construire vite ces 900.000 logements dans les bons secteurs cet à dire les grandes villes comme Paris et sa région, et étudier combien de personnes quitteraient leurs hôtels (qu'ils habitent en permanence) ou leurs logements insalubres (des logements qu'il faudrait détruire ou réhabiliter). Cela porterait le nombres de logements à construire à un niveau très supérieur. Les Français populaires attendent d'être logés !! Le gouvernement est attendu sur ce sujet.

TAIR Marc

 

 

Publié dans politique

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article