Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Français prépare toi à boire de la soupe...

Publié le par tair marc

Français prépare toi à boire de la soupe...

 

L'europe ce réunit et ce prépare à augmenter le Fesf (fond européen de stabilité européenne) via un pret direct aupres de la Bce, étant donné que les 440 milliards ne suffisent pas. La perte du triple A de la zone euro ne manqurera pas d'être remise en cause. Et il n'est pas souhaitable que l'Etat Français augmente sa garantie et donc sa dette indirecte à 400 milliards d'euro.

 

L'endettement des pays Européens après l'augmentation du fond Fesf risque d'exploser, il n'est pas possible d'éponger continuellement la dette des pays en difficulté, il est temps de sévire et d'imposer des règles et une discipline financière.

 

Comme ont le  préssentais la dette sera étalée à plus de 30 ans pour la grece. "C'est le chien qui ce mort la queue !", car nous entendons qu'il est urgent de débloquer la ligne de 8 milliards à la grece pour éviter le défaut de paiement !! Hallucinant ! La grece n'a plus d'argent pour payer.

 

Suite à l'augmentation du fond il nous faudra encore ce serrer la ceinture: "Français il temps de penser à boire de la soupe, bientôt tu n'auras plus rien d'autre dans ton assiete".

 

On nous demande de payer aujourd'hui ce qu'ils ont dépensé hier ce que la grece paiera dans 30 ans. Le gouvernement nous invite pas à la solidarité, il nous l'impose. Nous ne jouons pas au Monopoly messieurs du gouvernement, ditent vous que l'argent que vous prêtez c'est l'argent des Français.


TAIR Marc


 

 

Publié dans politique

Partager cet article

Repost 0

Le Mépris des Politiques

Publié le par tair

police.jpg

Le Mépris des Politiques envèrs les Emploi-jeunes de la Police

 

1/ La création d'un statut mal ficelé :

Rappelons nous qu'un gouvernement Socialiste de Lionel JOSPIN le 16 octobre 1997 a voulu créer des emploi-jeunes dans les administrations d'Etat (tel : Police, Office National des Forêts, Hôpital, Ratp, etc...), mais les premiers créer étaient dans la Police début décembre pour les anciens Policiers-Auxiliaires, puis réservé aux jeunes de  moins de 26 ans dès 1998.

Une erreur monumentale étant donné que ce statut mal ficelé a du être remanié plusieurs fois car mal adapté à un métier exigeant et aux contraintes particulières. Il a donc fallut rallonger le temps de formation initiale qui était vraiment trop court.

Il faut ce souvenir que le but politique des socialistes était de baisser le chômage et de faire entrer la diversité de notre pays dans nos administrations.

2/ Un métier risqué pour un salaire minime :

Au début ceux-ci étaient au Smic sans prime, mais cela a quand même évolué pour être légèrement au déçu.

3/ Un contrat limité :

Le contrat étant limité à 5 ans, et impossibilité d'avoir un concours à l'interne lors des premières années, ce qui est un manque de respect pour ceux qui étaient exemplaires par leur comportement et leur professionnalisme à cette époque.

Nous entendons souvent que de nombreux emploi-jeunes appelez aussi adjoint de Sécurité (qui est leur grade), qu'ils n'étaient pas sérieux, et même dangereux parfois. C'est oublier ceux qui étaient exemplaires et parfois meilleurs que certains gardiens de la paix.

Nombreux ont du quitter la Police au bout des 5 ans, ce qui démontre peu de volonté pour vraiment garder nos jeunes issus de la diversité, et qui ont montrés et prouvés leur sérieux dans le travail.

4/ 2004 un décret pour les adjoint de sécurité :

Le Ministère de l'intérieur décide de modifier quelques règles pour faciliter le rachat des points retraite.

Un vrai hold up ! Car ceux-ci étant déjà dans ce Ministère et dans ce Corps de Police, il devraient avoir une reprise automatique des points retraite et des échelons.

Mais non, ils doivent racheter leurs années, avec un petit plus pour les adjoints encore sous contrat après 2004, en leur offrant la reprise de leurs années en échelons à auteur de 75 % après titularisations.

Un erreur créant une différence pour des situations identiques, et donc une inégalité.

5/ La retraite :

Comment peuvent ils accépter les nouvelles règles de départ à la retraite si déjà les dés sont pipés ?

Un vole sur leurs échelons qui crée un manque sur toute leur carrière et ensuite pour leur retraite une absence qui pourtant a été dèjà côtisé une première fois.

Certains perdent un à deux échelons malgré le rachat de leurs années, ce qui est absurde.

Comment peut on cotiser puis racheter (ce qui fait deux paiements) pour ce voir refuser l'équivalence en échelon?

6/ Les politiques et les syndicats :

Tous les Syndicats laissent faire, et refusent d'en débattre. Ils envoient parfoit quelques lettres pour montrer leur attachement aux adjoints.

Certains sénateurs et députés ont bien reçu des lettres depuis 3 ans, mais sans suite, peut être que ce sujet est sans valeur.

Déjà les primes ne sont pas dans le calcul de base de leur retraite, il faudrait donc faire un effort pour que toute leur carrière y soit.

Les sénateurs de gauche comme de droite ce désintéressent du cas de ces emploi-jeunes qui souvent étaient issus de notre diversité.

Il y a bien eu des questions ecrites par quelques députés au Ministre mais les réponses ne correspondent pas vraiment aux questions, le fait de répondre que sur le statut des adjoints de sécurité en contrat après 2004 n'est pas suffisant, cela démontre un mépris pour ceux d'avant 2004. Les députés ce sont contentés de cela !!

Ce mépris envèrs une portions de la populations est révélateur sur la pensée générale des populations diverses de notre France, nos élites oublies que la France est faites d'ouvriers, fonctionnaires, agriculteurs, pêcheurs... Français ou Etrangers, qui travails pour notre pays et attendent le respêct qui leur est dû.

Le Parti socialiste qui a crée ce statut, parle et défend à la télévision notre diversité mais ce ne sont que des mots. Ce sont des donneurs de leçons qui n'appliquent pas de leurs actes les mots qu'ils utilisent. 

Nos élites socialistes, umpistes, centristes onts oubliés le peuple.

TAIR Marc

Publié dans police

Partager cet article

Repost 0

Le démantèlement de la fonction publique

Publié le par tair

 

 

                                              Le démenatèlement de la Fonction Publique

 

                                                                un acte délibéré?

 

 

 

1/ Un esprit comptable hérité des Financiers :

 

Tous les mois nous entendons des économies pour tel ou tel administration, et le gouvernement ne pense qu'a rentabiliser toutes les Fonctions Publiques.

 

Chaque fonctionnaire à tèrmes sera évalué sur une échelle de rentabilité (combien nous coûte t'il et combien nous rapporte t'il?), une logique financière qui impose que chaque agent crée du bénéfice.

 

Les obligations du gouvernement, et sa dette, oblige l'Etat de racler les fonds de tiroir et de brader un service publique qui faisait la fièrté des Français.

 

2/ Nos anciènnes entreprises d'Etat n'ont plus aucun rapport avec le service publique :

 

La Poste, la Sncf, France Telecom (Orange), Edf, Gdf (Suez)... ne pensent qu'au profit et nous subissons de plus en plus leur harcèlement commercial et une qualité toujours moins bonne.

 

Les pressions sur le personnel n'arrange rien non plus, le désastre évolue toujours plus et on nous distille des publicités et une communication vantant leurs efforts pour la clientèle...

 

Chez Edf, des prix qui augmentent et un entretien des centrales qui ressemble plus à du bricolage, l'Etat n'est même plus en mesure d'imposer quoi que ce soit tellement cette entreprise est devenue autonome.

 

Dans certaines régions de France il n'est pas rare de subir des coupures électrique ou des micro-coupures, sommes nous revenu dans les années 70 où les coupures étaient régulières et même de plusieurs heures?

 

La Sncf, a toujours moins de trains, moins lignes, avec des tarifs d'une compléxité hors paire et toujours plus cher, mais sans la garantie du respêct des heures.

 

La Poste n'est pas mieux non plus, après avoir démantelé son service postal, elle a filialisé de nombreux metiers tel la Banque qui n'a jamais eu le désire de servir son client, vu les erreurs et les interpretations des textes légaux toujours à leur faveur.

 

Le service postal toujours plus difficile pour les facteurs a qui on allonge toujours plus les tournées sans contre-parties, ce qui est un scandale syndical !! Les agents devraient pouvoir avoir une prime ou une pause pour le midi vu que depuis quelques années il ne leur est pas possible de finir avant 13h30 voir plus s'il ont du retard.

 

Dans les années 80 il n'était possible de finir aussi tard qu'en étant lent, mais cela n'est plus le cas, et ces chers agents travails dans le froid, la pluie et la neige dans le mesure du possible.

 

Nous payons plus cher ce service qui est devenu en parti automatisé dans les centres de tri avec un pourcentage de retard de livraison qu'il faut accepter.

 

3/ Nos Ministères économisent, et les agents ce serrent la ceinture :

 

Nombreux agents attendent encore leur première paye durant  3 mois après être embauché, et à regarder leur fiche de paye nous constatons qu'ils ne sont pas dans le peloton de tête des fonctionnaires européens, voir même pour certains métiers les derniers.

 

Les Policiers par exemple sont bon dernier de toute l'union Européenne, et même les policiers Portuguais sont mieux payers, et avec un coup de la vie bien plus faible.

 

Nos Professeurs sont parmis les moins loties des pays riches, ce qui est vraiment incompréhensible. 

 

Toujours trop peu d'agents des services d'hygiène et sécurité pour contrôler les restaurants et entreprises, qui sont pourtant notre garantie de manger des choses saines ....

 

Nos Douaniers, Policiers et Gendarmes doivent toujours plus contrôler avec moins de personnels, ce qui implique que pour les appels d'urgences il n'est pas évident de les voir tout de suite, pareil pour le Samu qui doit privatiser une partie de ses interventions.

 

Dans les hôpitaux, toujours moins de personnel soignant pour plus de malades, voir même parfois une qualité de suivie en baisse, et même des décisions prises parfois qui sont pas bonnes du tout.

 

Nos fonctionnaires payent cher leur sécurité de l'emploi (statut qui a déjà été bien écorné, modifié), avec un salaire qui n'évolue pas avec le coup de la vie malgré les protocoles signés par les syndicats qui en fait rattrape même pas les pertes passées.

 

4/ Où sont nos impôts ? :

 

Le retour sur impôt ce vérifie de moins en moins, en effet, si nous payons c'est pour retrouver jour après jours le fruits de ce que nous payons :

 

- Comme la qualité de nos routes qui ne sont excélentes que dans les grandes villes, certains

           departements pour nos nationales, et principalement sur les autoroutes.

 

- La qualité des études à l'école.

 

- Le droit à être soigné convenablement.

 

- Avoir un transport à proximité par car ou train.

 

- etc...

 

5/ Le fonctionnaire deviendra t'il rare ? :

 

La tendance à faire des économie nous a amené à la révision générale des politiques publiques, qui impose des mutualisations entre différents corps, fusion de directions, baisser les effectifs, réduire les budgets, décentraliser aux régions et départements...

 

Cette volonter de rapporter notre ratio fonctionnaires / habitant au niveau moyen de l'Allemagne (50 pour 1000 en Allemagne, 16 pour 1000 en norvège et 90 pour 1000 en France) et 70 pour 1000 aus Etats Unis à titre d'exemple.

 

Il nous est martelé par médias que la France est parmi les pays ayant le plus de fonctionnaires en Europe, mais avec 90 pour 1000 nous restons dans la moyenne.

 

Notre système qui malgré tout fonctionnait honorablement bien, même si quelques imperfections subsistaient.

 

Non remplacement de 34000 fonctionnaires en 2011, une coupe profonde dans les effectifs.

 

Nous entendons il y a peu de la bouche du Ministre Claude GUEANT que 3000 Gendarmes et Policiers seront en moins dans les effectifs en 2012, malgré les paroles du Secrétaire d'Etat et de la Fonction Publique qui prône un arrêt du non remplacement.

 

Monsieur le Ministre nous indique que nous avons plus de Policiers aujourd'hui qu'en 2002, mais à l'époque la Police et la Gendarmerie subissaient le départ à la retraite de nombreux agents ce qui a créer un manque d'effectifs comme jamais il n'y a eu, et qu'il a fallut attendre 2 à 3 ans pour y  remédier, donc oui il y a plus de policiers qu'en 2002 mais seulement suite à des circonstances particulières.

 

6/ Moins de fonctionnaires, moins de service publique, et plus d'impôts ... :

 

Pourquoi payer plus si nous recevons moins en service publique ? L'impôt étant avant tout pour le fonctionnement de l'Etat, de ses services publiques et ses fonctionnaires.

 

Les Mairies et les Communautés de communes embauchent pour gerer les services et directions décentralisées qui étaient par le passé geré par l'état, donc la communication du gouvernement indiquant que l'inflation en personnel territorial oblige l'Etat de faire des économies est injuste.

 

En effet par exemple quand l'Etat a décentralisé la DDE, elle a donc diminué ce personnel des rangs de l'Etat pour le rajouter dans les rangs des effectifs territoriaux, cela est donc une opérations nul au niveau comptable, ni perte ni profit dans le sens effectifs, et a regarder de plus pret au niveau financier il n'est pas évident que cela coute plus cher.

 

Il suffit de regarder en province dans les secteurs ruraux pour constater les fermetures de tribunaux, agences postales, Hôpitaux, Gendarmeries et Commissariats, Douanes... Une vrai désertification du service publique.

 

Un regroupement des services de Police Municipal pourrait être généralisé en communauté de commune si cela continue (et peut être départementalement un jour), peut être aussi revenir à nos anciens dispencères de façon plus généralisé pour combler les manques.

 

L'Etat ce désengageant de plus en plus nous pourrons découvrir encore de nouveaux chanboulements qui nous imposera de payer autant en impôt direct et plus en indirect. Sans oublier les impôts locaux et fonciers qui ont déjà explosés.

 

7/ Conclusion :

 

Ne soyons pas dûpe des effets d'annonces indiquant l'améliorations du rendu envers la population, depuis une vingtaine d'années de démantèlement nous ne pouvons que constater l'inverse.

 

Aucun service n'en bénéficie : ni la Sécu et les services de santé, ni la retraite des citoyens, ni l'Education Nationale, ni le transport et le réseau routier, ni les services de sécurité Police et Gendarmerie...etc...

 

Les Banques et les Financiers ont réussi un hold up sur nos Finances Publique !!!

 

En 20 ans ils ont réussi à nous mettre en tête que notre retraite n'était pas le seul rôle de l'Etat de nous l'assurer, il nous faut nous payer une retraite complétaire privé payante et cher, pareil pour notre santé : nous devons payer une mutuelle pour nous soigner quand dans les années 80 cela ne semblait pas nécéssaire.

 

En 20 ans nous avons vu disparaitre la notion de service publique pour l'échanger en argûment commercial.

 

Nous ne sommes plus des malades ou des patients mais des clients pour nos médecins, pareil pour l'eau l'electricité ou le gaz qui étaient des services peu cher et accéssible accordé à un usagé mais fini car nous ne sommes plus que des clients.

 

Le tout travail et le tout argent remplace le tout pour l'Homme.

 

 

 

Citoyens, Citoyennes, 2012 est proche et les urnes attendent vos votes ...

 

TAIR Marc

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Publié dans politique

Partager cet article

Repost 0

Le démantèlement de la fonction publique

Publié le par tair

 

 

                                              Le démenatèlement de la Fonction Publique

 

                                                                un acte délibéré?

 

 

 

1/ Un esprit comptable hérité des Financiers :

 

Tous les mois nous entendons des économies pour tel ou tel administration, et le gouvernement ne pense qu'a rentabiliser toutes les Fonctions Publiques.

 

Chaque fonctionnaire à tèrmes sera évalué sur une échelle de rentabilité (combien nous coûte t'il et combien nous rapporte t'il?), une logique financière qui impose que chaque agent crée du bénéfice.

 

Les obligations du gouvernement, et sa dette, oblige l'Etat de racler les fonds de tiroir et de brader un service publique qui faisait la fièrté des Français.

 

2/ Nos anciènnes entreprises d'Etat n'ont plus aucun rapport avec le service publique :

 

La Poste, la Sncf, France Telecom (Orange), Edf, Gdf (Suez)... ne pensent qu'au profit et nous subissons de plus en plus leur harcèlement commercial et une qualité toujoursd moins bonne.

 

Les pressions sur le personnel n'arrange rien non plus, le désastre évolue toujours plus et on nous distille des publicités et une communication vantant leurs efforts pour la clientèle...

 

Chez Edf, des prix qui augmentent et un entretien des centrales qui ressemble plus à du bricolage, l'Etat n'est même plus en mesure d'imposer quoi que ce soit tellement cette entreprise est devenue autonome.

 

Dans certaines régions de France il n'est pas rare de subir des coupures électrique ou des micro-coupures, sommes nous revenu dans les années 70 où les coupures étaient régulières et même de plusieurs heures?

 

La Sncf, a toujours moins de trains, moins lignes, avec des tarifs d'une compléxité hors paire et toujours plus cher, mais sans la garantie du respêct des heures.

 

La Poste n'est pas mieux non plus, après avoir démantelé son service postal, elle a filialisé de nombreux metiers tel la Banque qui n'a jamais eu le désire de service son client, vu les erreurs et les interpretations des textes légaux toujours à leur faveur.

 

Le service postal toujours plus difficile pour les facteurs a qui on allonge toujours plus les tournées sans contre-parties, ce qui est un scandale syndical !! Les agents devraient pouvoir avoir une prime ou une pause pour le midi vu que depuis quelques années il ne leur est pas possible de finir avant 13h30 voir plus s'il ont du retard.

 

Dans les années 80 il n'était possible de finir aussi tard qu'en étant lent, mais cela n'est plus le cas, et ces chers agents travails dans le froid, la pluie et la neige dans le mesure du possible.

 

Nous payons plus cher ce service qui est devenu en parti automatisé dans les centres de tri avec un pourcentage de retard de livraison qu'il faut accepter.

 

3/ Nos Ministères économisent, et les agents ce serrent la ceinture :

 

Nombreux fonctionnaires attendent encore leur première paye durant  3 mois lors de leur embauche, et à regarder leur fiche de paye nous constatons que n'ils ne sont pas dans le peloton de tête des fonctionnaires européens, voir même pour certains métiers ils sont les derniers.

 

Les Policiers par exemple sont bon dernier de toute l'union Européenne, même les policiers Portuguais sont mieux payers, et avec un coup de la vie bien plus faible.

 

Nos Professeurs sont parmis les moins loties des pays riches, ce qui est vraiment incompréhensible. 

 

Toujours trop peu d'agents des services d'hygiène et sécurité pour contrôler les restaurants et entreprises, qui sont pourtant notre garantie de manger des choses saines ....

 

Nos Douaniers, Policiers et Gendarmes doivent toujours plus contrôler avec moins de personnels, ce qui implique que pour les appels d'urgences il n'est pas évident de les voir tout de suite, pareil pour le Samu qui doit privatiser une partie de ses interventions.

 

Dans les hôpitaux, toujours moins de personnel soignant pour plus de malades, voir même parfois une qualité de suivie en baisse, et même des décisions prises parfois qui sont pas bonnes du tout.

 

Nos fonctionnaires payent cher leur sécurité de l'emploi (statut qui a déjà été bien écorné, modifié), avec un salaire qui n'évolue pas avec le coup de la vie malgré les protocoles signés par les syndicats qui en fait rattrape même pas les pertes passées.

 

4/ Où sont nos impôts ? :

 

Le retour sur impôt ce vérifie de moins en moins, en effet, si nous payons c'est pour retrouver jour après jours le fruits de ce que nous payons :

 

- Comme la qualité de nos routes qui ne sont excélentes que dans les grandes villes, certains

           departements pour nos nationales, et principalement sur les autoroutes.

 

- La qualité des études à l'école.

 

- Le droit à être soigné convenablement.

 

- Avoir un transport à proximité par car ou train.

 

- etc...

 

5/ Le fonctionnaire deviendra t'il rare ? :

 

La tendance à faire des économies nous a amené à la révision générale des politiques publiques, qui impose des mutualisations entre différents corps, fusion de directions, baisser les effectifs, réduire les budgets, décentraliser aux régions et départements...

 

Cette volonter de rapporter notre ratio fonctionnaires / habitant au niveau moyen de l'Allemagne (50 pour 1000 en Allemagne, 16 pour 1000 en norvège et 90 pour 1000 en France) et 70 pour 1000 aus Etats Unis à titre d'exemple.

 

Il nous est martelé par médias que la France est parmi les pays ayant le plus de fonctionnaires en Europe, mais avec 90 pour 1000 nous restons dans la moyenne.

 

Notre système qui malgré tout fonctionnait honorablement bien, même si quelques imperfections subsistaient.

 

Non remplacement de 34000 fonctionnaires en 2011, une coupe profonde dans les effectifs.

 

Nous entendons il y a peu de la bouche du Ministre Claude GUEANT que 3000 Gendarmes et Policiers seront en moins dans les effectifs en 2012, malgré les paroles du Secrétaire d'Etat et de la Fonction Publique qui prône un arrêt du non remplacement.

 

Monsieur le Ministre nous indique que nous avons plus de Policiers aujourd'hui qu'en 2002, mais à l'époque la Police et la Gendarmerie subissaient le départ à la retraite de nombreux agents ce qui a créer un manque d'effectifs comme jamais il n'y a eu, et qu'il a fallut attendre 2 à 3 ans pour y  remédier, donc oui il y a plus de policiers qu'en 2002 mais seulement suite à des circonstances particulières.

 

6/ Moins de fonctionnaires, moins de service publique, et plus d'impôts ... :

 

Pourquoi payer plus si nous recevons moins en service publique ? L'impôt étant avant tout pour le fonctionnement de l'Etat, de ses sercices publiques et ses fonctionnaires.

 

Les Mairies et les Communautés de communes embauchent pour gerer les services et directions décentralisées qui étaient par le passé geré par l'état, donc la communication du gouvernement indiquant que l'inflation en personnel territorial oblige l'Etat de faire des économies est injuste.

 

En effet par exemple quand l'Etat a décentralisé la DDE, elle a donc diminué ce personnel des rangs de l'Etat pour le rajouter dans les rangs des effectifs territoriaux, cela est donc une opérations nul au niveau comptable, ni perte ni profit dans le sens effectifs, et a regarder de plus pret au niveau financier il n'est pas évident que cela coute plus cher.

 

Il suffit de regarder en province dans les secteurs ruraux pour constater les fermetures de tribunaux, agences postales, Hôpitaux, Gendarmeries et Commissariats, Douanes... Une vrai désertification du service publique.

 

Un regroupement des services de Police Municipal pourrait être généralisé en communauté de commune si cela continue (et peut être départementalement un jour), peut être aussi revenir à nos anciens dispencères de façon plus généralisé pour combler les manques.

 

L'Etat ce désengageant de plus en plus nous pourrons découvrir encore de nouveaux chanboulements qui nous imposera de payer autant en impôt direct et plus en indirect. Sans oublier les impôts locaux et fonciers qui ont déjà explosés.

 

7/ Conclusion :

 

Ne soyons pas dûpe des effets d'annonces indiquant l'améliorations du rendu envers la population, depuis une vingtaine d'années de démantèlement nous ne pouvons que constater l'inverse.

 

Aucun service n'en bénéficie : ni la Sécu et les services de santé, ni la retraite des citoyens, ni l'Education Nationale, ni le transport et le réseau routier, ni les services de sécurité Police et Gendarmerie...etc...

 

Les Banques et les Financiers ont réussi un hold up sur nos Finances Publique !!!

 

En 20 ans ils ont réussi à nous mettre en tête que notre retraite n'était pas le seul rôle de l'Etat de nous l'assurer, il nous faut nous payer une retraite complétaire privé payante et cher, pareil pour notre santé : nous devons payer une mutuelle pour nous soigner quand dans les années 80 cela ne semblait pas nécéssaire.

 

En 20 ans nous avons vu disparaitre la notion de service publique pour l'échanger en argûment commercial.

 

Nous ne sommes plus des malades ou des patients mais des clients pour nos médecins, pareil pour l'eau l'electricité ou le gaz qui étaient des services peu cher et accéssible accordé à un usagé mais fini car nous ne sommes plus que des clients.

 

Le tout travail et le tout argent remplace le tout pour l'Homme.

 

 

 

Citoyens, Citoyennes, 2012 est proche et les urnes attendent vos votes ...

 

TAIR Marc

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Publié dans politique

Partager cet article

Repost 0

Le libéralisme et l'agriculture...

Publié le par tair

18

 

Les méfaits du libéralisme dans le monde agricole :

 

Après des années de libéralisme commercial et agricole, nous constatons des prix toujours supérieur en magasin et des marges toujours inférieurs dans les poches des agriculteurs.

 

Les grossistes et leurs actionnaires attendent toujours plus de marges, et les revendeurs attendent toujours plus de ventes et de clients.

 

Pour cela, de nombreux produits sont achetés à l'étrangers ou ailleurs en europe, avec parfois une qualité bien différente et inférieur.

 

Toujours moins d'agriculteurs :

 

Avec 490000 exploitations agricoles et moins d'un millions de personnes y travaillant régulièrement, il est constaté une baisse de 26 % de ces structures en 10 ans. (chiffres des statistiques du mois de septembre 2011).

 

Revenu moyen d'un agriculteur sur un an en baisse : 

 

en 2007 le revenu était de : 28500 €

en 2010 le revenu était de : 24400€

 

La pauvreté dans le milieu agricole n'est pas un mythe, en 2008 suite à une étude Msa 13 % des agriculteurs avaient un revenu inférieur à 9495 €. 

 

Des solutions pour les laitiers ?

 

Pour le lait un éffort devrait être fait par les industries laitières.

 

Dans l'urgence il faudrait un prix minimal garanti avec une augmentations du prix au litre. Le coup est de 365.5 € /1000 litres, soit 36.5 cts / litre. Le prix actuelle est de 356.2 / 1000 litres. 

 

Soit une perte de 9.3 centimes d'euros du litre. Pour ne pas avoir de perte il faudrait augmenter de 9.3 cts du litre minimum. 

 

Les raisons d'un prix aussi important?

 

1/ Les charges de culture : engrais, semence... pour cultiver les céréales qui composent les aliments des vaches.

 

2/ Charges animalières : Aliments, vaccins, inséminations, frais vétérinaires, achats de vaches.

 

3/ Frais de fonctionnement : Carburant, réparations, chauffage, éléctricité, petit matériel.

 

4/ Amortissemnt des installations : Hangar, étables ect...

 

5/ Charges liées au remboursement d'emprunts professionnels.

 

Messieurs du gouvernement et du Ministère de l'agriculture : un éffort !!!

 

TAIR Marc

 

 

 

 

Publié dans politique

Partager cet article

Repost 0

Et encore un coup de griffe sur les retraites?

Publié le par tair

Le premier ministre s'exprime :

 

Notre premier ministre a cru bon de développer sa pensé, en indiquant qu'il serait heureux d"avoir une convergence avec l'Allemagne en remontant le niveau du départ la retraite à 67 ans.

 

Pourtant leurs calculs éprouvés indiquaient qu'a 65 ans cela suffirait, mais quel calcul et quel idée nos politiques ont eu pour arriver à  cela? Cette idée mal venue avant les élections de 2012 permettra surement de ranger cette idée dans un tiroir, mais jusqu'a quand?

 

2012, le grand changement :

 

Après les élections cela ne présage rien de bon, attendons nous à de nouvelles réformes d'envergures pour payer les dettes des pays européens en crise (qui ne pourrons pas payer leur dette suite à un dépot de bilan), et pour payer le blocage de la Banque Centrale Européenne (BCE) sur l'euro, en évitant de le dévaluer.

 

Les vagues de licenciements avenir seront très importantes, et ce sera autant de côtisations en moins pour les retraites.

 

La somme du calcul :

 

L'ésperance de vie en France en 2007 était de 77 ans pour un homme et 84 ans pour une femme, avec des retraites pour partie de ces gens à 60 ans voir même en pré-retraite à 55 ans, et avec un service publique de la santé à un meilleur niveau. En partant à 67 ans et en n'ayant plus les moyens de payer pour ce soigner on peut prévoir une baisse de l'espérence de vie dans les 20 ans avenir.

 

A ce jour on y est pas mais soyons attentif.

 

TAIR Marc

Publié dans politique

Partager cet article

Repost 0

Mais de qui ce moque t'on?

Publié le par tair

Jour après jour de nouvelles informations sur l'état de santé de tel ou tel pays européen, leur dette, le chomage, leur PIB, et même leur capacité de rembourser, mais on nous dit que le pire est passé, que tout ira mieux.

 

Pourtant en France les déremboursements de la Sécu s'accélèrent, le taux de chomage ne baisse pas, les sociétés d'autoentrepreneur ferment et sont radiées pour absence de chiffre d'affaire, les assurances et mutuelles augmentent, les prix en magasin augmentent... Les impôts locaux et fonciers explosent. Et la France ce permets de garantir voir même accorder des prêts aux états européens en difficulté.

 

Nous savons pourtant que la grece pour ne nommer qu'elle (et aussi tous les pays d'europe du sud) n'est pas en capacité de payer, nous resterons donc seul avec un prêt impayé, et qui payera ? Nous, car les banques en difficultées ce tournerons vers l'état Français qui ne manquera pas d'aider les compagnies bancaire de l'hexagone avec l'argent des Français et l'impôt.

 

Ne craignez rien ! Il parait que le pire est passé. 

 

Nous ne manquerons pas d'entendre de nouvelles vagues de licenciements au motif d'une conjoncture morose et voir même plus morose que prévu. Les prêts à la consommation, automobile ou immobilier seront plus difficiles à obtenir même pour les fonctionnaires ou les cadres moyens. 

 

L'euro est trop fort et ceci pour les besoins de l'Allemagne, les rêgles européennes toujours plus contraignantes pour la France parce que nos députés ne sont pas présents lors des votes, ni non plus pour défendre les positions de la France. Nos pêcheurs pêchent toujours moins avec des bateaux toujours plus chèrs, nos agriculteurs et paysans toujours plus subventionnées par l'europe car des grossistes et des revendeurs veulent garder leurs marges confortables ce qui les empêchent de vivre de leur vente. Des marges payées par les subventions européens qui elles même sont le fruit des subventions des états européens pour l'union européenne, et donc de l'impôt des européens. Ce sont les particuliers qui payent les marges des actionnaires de ces revendeurs !!

 

Nous aurions besoin d'un euro plus faible pour les exportations tout comme les pays du sud de l'europe (Espagne, Portugal, Italie, Grece). Si aucune décision n'est prise c'est tout simplement l'euro que nous perdrions, et à ce jour, nous n'avons jamais été aussi pres d'un éclatement de l'euro pour un retour au Franc.

 

Cette inéxistante politique de l'euro y est pour quelque chose, La BCE n'a qu'un désire : éviter l'inflation. Pourtant l'inflation est présente, à plus de 2% cela coûte beaucoup au ménages sur une années. Nous pouvons écouter tous ces économistes ou Ministres du Budget et des Finances, Nous ne pouvons plus avaler les mots et les chiffres, car dans l'assiete c'est soit sans cesse moins manger à  sa faim, soit manger de moins bonne qualité. Manger, ce chauffer, ce déplacer ou payer les études de nos enfants est sans cesse plus cher. 

 

Cette europe de financiers à tué l'harmonie européenne et bientôt ils tuerons l'euro.

 

L'Etat à ce jour ne pense qu'a une chose : économiser !! Les financiers ont imposé une pensée unique dans tous les domaines : le retour sur investissement et le profit. Mais la fonction publique n'est pas la pour gagner de l'argent mais pour rendre un service publique et de la meilleure qualité que possible. Il y a toujours moins d'hôpitaux, moins d'aide-soignantes ou infirmières, nous constatons la privatisations des services du samu par des ambulances, Les transports toujours plus chers...

 

Le rendu sur impôt n'existe plus, cet à dire que si le service publique etait plus présent ou aussi de meilleure qualité nous verrions où irait notre argent. Mais à ce jour, plus nous payons et moins le retour sur impôt n'est palpable. 

 

L'Etat pour faire des économies a réussi à mettre les employés du privé en guerre contre les fonctionnaires sur le thèmes des revenus et des retraites. Mais en route ils ont oublié les cadres moyens, les cadres supérieurs...

Comment peut on mettre dos à dos deux systèmes aussi différents ? Les fonctionnaires ont 25% de leurs revenus qui sont des primes et qui ne sont pas comptabilisés pour le calcule de leur retraite. Nombreux fonctionnaires ont entre 1200 et 1400 euros nets prime incluse, et n'ont pas la vie rose et riche qu'ont veut nous faire croire. Le but finale était qu'après avoir cassé la retraite du publique et des statuts spéciaux, ils s'attaquent au privé, ce qui a été fait. 

 

Les syndicats n'onts pas assez communiqué sur ce qui pouvait suivre, car c'est plus sur les employés du privé que l'état pouvait faire de substentielles économies, car plus nombreux. Croyez vous que les cadres ou les hauts fonctionnaires ce plaignent ? Dans cette réforme seuls les "petits" salaires ont été touchés. Croyez vous qu'un haut cadre ou haut fonctionnaire soit gêné de faire 2 ans de plus à 10000 ou 20000 euros avec un bureaux, des vacances aux iles, la dernière audi, etc... Sans parler des salaires les plus hauts. Dans cette affaire l'ouvrier d'une PME ou  la secretaire administrative employée de Mairie (par exemple) fera 2 ans de plus...  Mais sans les 10000 euros et sans les vacances, ne parlons pas non plus de la voiture.

 

A qui vont ses économies ? Même pas pour nous, ni pour les pauvres, ni pour les fonctionnaires, ni pour personne en France, mais pour refinancers nos banques à taux super bas qui elle même prêtent à d'autres états européens qui ne payerons sans doute pas ou dans 30/50 ans. 

 

Nous bradons notre service de santé, nos écoles, nos transports, nos retraites, nos salaires, ..., pour ces financiers qui au bout nous ferons surement payer une deuxième fois la facture, car si la Grece par exemple, ne paye pas, nos banques Françaises appelerons l'état, et ensuite qu'allons brader ? Y aura plus rien !!

 

Mais de qui ce moque t'on? Que reste t'il de nos grandes entreprises : La poste, France télécom, Sncf, Edf, Gdf-Suez, Veolia, Renault, Eads, etc...  Elle sont aux mains de financiers. Qui n'est pas mécontant de la Poste, France télécom ou la Sncf etc...? Le service publique est presque devenu pour eux juste qu'un mots, un argument publicitaire, car le service clientèle n'est plus qu'un service commercial comme un autre. Vous téléphoner par exemple à France télécom pour des informations sur votre facture et vous racrochez avec une nouvelle option payante et sans avoir la réponse à votre question. Et pourtant le personnel de ces sociétés subit autant que nous ce changement de politique commercial.

 

2012 Une révolution politique ? ou un rimèke gauche /droite? Que proposent la gauche et la droite ? Où sont les syndicats? Ne craignez rien, la gauche si elle arrive au pouvoir en 2012, nous auront "la continuité dans l'altèrnance", nous payerons encore et encore. Nous serons encore moins remboursé, la Csg et la Crds augmentera, les taux immobiliers vont augmentés, la TVA augmentera aussi. L'UMPS aura encore gardé le pouvoir en somme et aura gardé le même cap politique. 

 

Quand vous aller au resto, et que vous prenez deux menus à 28 € chacun, vous n'apprécierez pas qu'ont vous apporte une facture à 108 € pour suivre le principe de solidarité et que vous payez les menus du jours, d'hier et d'avant hier de votre sympathique voisin qui lui a commandé en sachant qu'il n'avait pas l'argent mais ont lui à servit car il fait partie du club VIP de l'euro. Pour l'euro et l'europe c'est pareil, nous avont commandé une europe avec des contraintes, des obligations, et des avantages, mais le ticket de caisse n'est pas le même que le menu. En plus on s'attends tous à avoir un rappel de facture pour le dessert d'un autre voisin.

 

Aider les autres ok, s'ils suivent les mêmes regles et surtout si nous avons l'argent, mais ce n'est plus le cas : La France a les poches vides. On est privé de dessert.

 

Pendant notre carrière professionnel ce sera l'impossibilité de ce soigner bien, ne plus aller en vacances, et avoir une retraite plus tard avec moins en pension si on y arrive en bonne santé, vu les médicaments empoisonnés qu'on nous offre c'est pas gagné. 

 

Donc à l'avenir c'est soit : aurevoir l'Euro fort, soit faudra sauter des repas car bonjour la vie cher. Quand aura besoin qu'on nous aide y aura plus d'argent en europe, et qui nous aidera? On empreintera au FMI ? 

 

Cette article démontre volontairement le scénario du pire,  à défaut du scénario du mieux qu'on nous dystille dans tous les débats, et tous les mois le scénario du bien est noircit un peu plus par des nouveaux éléments graves. Mais ce futur nous arrivera si rien n'est décidé sur l'euro (deux monnaies euros : fort et faible, comme le dollard us et canadien) ou sortir de l'euro. 

 

TAIR Marc

 

 

Publié dans politique

Partager cet article

Repost 0

l'eau en Bretagne, et dans tous l’hexagone

Publié le par tair

 

100519204937 28

 

 

Mais que fait on pour l'eau?

 

Je constate que ce sujet n'est pas d'actualité, cette richesse de notre pays n'est pas une priorité. Pourquoi?

 

Nous constatons tous dans les actualités que des rejets nocifs sont présents dans nos robinets: nitrates, mais aussi des médicaments.

 

Il n'y a jamais eu de de tests pour savoir ce que font les nitrates dans notre corps à force de les boires, quels sont les effets nocifs ? 

 

Pourquoi personne ne s'interroge sur la présence des médicaments présents dans nos robinets ? Les effets de ces molécules sur notre corps sont averé et personne ne ce dit que nos stations d'épurations ne les filtres pas.

 

Nous pouvons y trouver de nombreuse molécules avec des taux de concentrations élevés, tel que : aspirine, dicoflénac, kétoprofene, anti-inflammatoires, anti-dépresseurs, anxyolitiques, etc...

 

Mais aussi: antibiotiques, anticancéreux, et n'oublions pas non plus les médicaments hormonaux comme la pillule. 

 

Ces médicaments ont des effets secondaires graves pour la santé comme per exemple : toxique pour la reproduction, problèmes immunitaires...

 

Ces résidus de médicaments peuvent êtres liés soit aux urines des animaux mais aussi de l'homme par des rejets dans le milieu.

 

Présence de nitrates dans tous le térritoire : 

 

Des analyses faites sur quelques villes en France nous permettent de dire que la Bretagne n'est pas la seule région touchée, et que tous les secteurs agricoles sont imprégnés. Mais toutes les villes n'éssayent pas de les diminuées.

 

Paris : 29mg,  Aix en Provence : 1mg, Rennes 22,4 mg, Le Havre : 36mg, Nimes : 24mg, etc...

 

L'eau du robinet est elle encore potable?:

 

Il n'éxiste aucun texte ou aucune étude stipulant ce que veut dire potable et de quel manière, on nous écrit plutôt que l'eau déstinée à la consommation humaine, avec des reglements imposant que l'eau doit être bien protegée...

 

Nous pouvons nous interroger, sur les critères de potabilité de nos eaux lorsque nous constatons toutes ces molécules a effets graves voir dangereux pour notre corps. 

 

Des associations essayent de ce faire entendre, mais même chez elles le dialogue n'est pas claire. Malgré leur combat pour la qualité de l'eau elles conseillent encore de boire cette eau pour des motifs plus idéologiques que réaliste, car comment demander de boire cette eau quand on connait ce qu'elle contient.

 

A noter que l'Ifremer a établit en 1900 que le nitrate ne devrait pas dépasser les 3 ou 4mg/ litres.

 

Les politiques pour l'instant ne ce prononcent pas clairement à ce sujet et ce protègent avec la reglementation européenne.

 

Notre eau n'est plus bonne à boire !! 

 

TAIR Marc.

 

Publié dans ecologie

Partager cet article

Repost 0

l'eau en Bretagne, et dans tous l’hexagone

Publié le par tair

 

100519204937 28

 

 

Mais que fait on pour l'eau?

 

Je constate que ce sujet n'est pas d'actualité, cette richesse de notre pays n'est pas une priorité. Pourquoi?

 

Nous constatons tous dans les actualités que des rejets nocifs sont présents dans nos robinets: nitrates, mais aussi des médicaments.

 

Il n'y a jamais eu de de tests pour savoir ce que font les nitrates dans notre corps à force de les boires, quels sont les effets nocifs ? 

 

Pourquoi personne ne s'interroge sur la présence des médicaments présents dans nos robinets ? Les effets de ces molécules sur notre corps sont averé et personne ne ce dit que nos stations d'épurations ne les filtres pas.

 

Nous pouvons y trouver de nombreuse molécules avec des taux de concentrations élevés, tel que : aspirine, dicoflénac, kétoprofene, anti-inflammatoires, anti-dépresseurs, anxyolitiques, etc...

 

Mais aussi: antibiotiques, anticancéreux, et n'oublions pas non plus les médicaments hormonaux comme la pillule. 

 

Ces médicaments ont des effets secondaires graves pour la santé comme per exemple : toxique pour la reproduction, problèmes immunitaires...

 

Ces résidus de médicaments peuvent êtres liés soit aux urines des animaux mais aussi de l'homme par des rejets dans le milieu.

 

Présence de nitrates dans tous le térritoire : 

 

Des analyses faites sur quelques villes en France nous permettent de dire que la Bretagne n'est pas la seule région touchée, et que tous les secteurs agricoles sont imprégnés. Mais toutes les villes n'éssayent pas de les diminuées.

 

Paris : 29mg,  Aix en Provence : 1mg, Rennes 22,4 mg, Le Havre : 36mg, Nimes : 24mg, etc...

 

L'eau du robinet est elle encore potable?:

 

Il n'éxiste aucun texte ou aucune étude stipulant ce que veut dire potable et de quel manière, on nous écrit plutôt que l'eau déstinée à la consommation humaine, avec des reglements imposant que l'eau doit être bien protegée...

 

Nous pouvons nous interroger, sur les critères de potabilité de nos eaux lorsque nous constatons toutes ces molécules a effets graves voir dangereux pour notre corps. 

 

Des associations essayent de ce faire entendre, mais même chez elles le dialogue n'est pas claire. Malgré leur combat pour la qualité de l'eau elles conseillent encore de boire cette eau pour des motifs plus idéologiques que réaliste, car comment demander de boire cette eau quand on connait ce qu'elle contient.

 

A noter que l'Ifremer a établit en 1900 que le nitrate ne devrait pas dépasser les 3 ou 4mg/ litres.

 

Les politiques pour l'instant ne ce prononcent pas clairement à ce sujet et ce protègent avec la reglementation européenne.

 

Notre eau n'est plus bonne à boire !! 

 

TAIR Marc.

 

Publié dans ecologie

Partager cet article

Repost 0